Les Quatre de Baker Street, T.02

« Les Quatre de Baker Street T.02 : Le dossier Raboukine » est une BD de David Etien pour le dessin et la couleur et J.B. Djian et Oliver Legrand pour le scénario.

 

Synopsis :

Londres, 1890. Billy, l’apprenti détective, Charlie, la petite fille grimée en garçon, et Black Tom le monte-en-l’air sont trois gamins des rues unis par une solide amitié. Accompagnés du matou Watson, ils arpentent les bas-fonds de l’East End, menant enquêtes, filatures et autres missions de confiance pour le compte d’un certain… Sherlock Holmes. Ce nouvel opus voit nos héros se mêler d’une ténébreuse affaire impliquant des révolutionnaires russes exilés à Londres et la police secrète du Tsar… Nos protagonistes vont avoir fort à faire pour déjouer machinations, trahisons et mauvais coups…Le premier tome de cette série avait fait l’unanimité, grâce au dessin dynamique et étonnant de maîtrise de David Etien et au scénario mené tambour battant de Djian et Legrand. On se replonge avec délectation dans ce second tome, qui nous entraîne dans une nouvelle enquête passionnante et nous fait découvrir un peu plus ces gamins gouailleurs et attachants.

 

 

Avis :

Un second tome sympathique.

 

Dans cette nouvelle aventure, nos trois gamins des rues et le chat vont venir en aide à une jeune révolutionnaire russe. Son compagnon est accusé d’être le nouveau Jack l’Éventreur après le meurtre d’une pauvre femme (une amie de Billy).

Un récit sans Russes révolutionnaires ou anarchistes ? Non pas possible. Les auteurs maitrisent bien leur univers. Mais il est dommage que l’histoire reste un peu trop superficielle. En effet, bien que la BD se lise toute seule, j’ai trouvé que le récit va très vite, sans véritable rebondissement ni surprise. Puis l’enquête est un peu facile, car les gamins parviennent facilement à résoudre quelques choses que des adultes auraient pu faire avec un peu de jugeote. Mais après tout, quand on est dans un groupe politique, on a parfois du mal à être objectif sur celles et ceux qui nous côtoient.

Il est aussi un peu dommage que notre jeune russe n’échange pas plus avec Charlie sur l’émancipation des femmes. Je pense que notre petite Charlie aurait bien apprécié de trouver des pistes de réflexion pour sortir de sa condition.

 

Une série que j’apprécie vraiment beaucoup. Il y a de l’aventure, des sentiments, de l’action et quelques références historiques et politiques qui donnent une cohérence et un certain sérieux à l’ensemble.

 

Vivement la suite.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :