Le monde mythologique russe

« Le monde mythologique russe » est un essai de Lise Gruel-Apert.

 

Présentation :

Dans le monde russe ancien, et plus largement russo-slave, le divin règne partout : dans le moindre brin d’herbe, la moindre parcelle de terre, le moindre morceau d’étoffe ou de pain… Monde divers, exubérant, prolifique, où figures mythiques et croyances multiformes se côtoient dans le plus aimable désordre. Pourtant, la mythologie russe, qui couvre une immense aire géographique, demeure un domaine mal connu.
Lise Gruel-Apert ressuscite cet univers refoulé et oublié, en s’appuyant tout à la fois sur les témoignages des voyageurs du temps passé, les commentaires des Pères de l’Église, les relevés ethnographiques, ainsi que sur les récentes découvertes archéologiques. Outre les récits fabuleux sur les héros et les dieux, sont étudiés coutumes et fêtes, chants et contes, et des thèmes aussi variés que le culte des morts, la démonologie, les cérémonies agraires, la vénération de la nature, les rites féminins, et même les saints peu canoniques du christianisme populaire…
Cet ouvrage aussi vivant que savant vient heureusement combler une lacune, et nous permet ainsi de saisir la mémoire russe comme un surprenant et foisonnant conservatoire de traditions ancestrales.

 

 

Avis :

Un essai que j’ai adoré.

 

J’ai vraiment apprécié ma lecture, mais je risque d’avoir un peu de mal à en parler. En effet, le livre est assez dense et très riche en références. Je crois que je n’ai jamais mis autant de post-its (soit ma version feignasse de la prise de note) dans un ouvrage.

 

La particularité des mythologies slaves, c’est qu’elles n’ont pas été couchées sur papier comme l’a été l’Iliade ou encore l’Odyssée durant « les temps anciens ». Cette mythologie – ou croyances — se retrouve dans les récits médiévaux ou encore dans les contes collectés des siècles plus tard. Sans oublier de possibles influences avec d’autres populations, dont celles d’origine finno-ougrienne.

 

L’auteur évoque ici la mythologie sous plusieurs aspects : les personnages, les rites et les croyances. Peu à peu avec à l’aide de nombreuses sources, on voit apparaitre un univers ancien, mythologique même si l’on ne peut pas le percevoir dans son ensemble.

 

La lecture est un peu ardue avec une lecture assez lente, mais je pense que l’ouvrage reste accessible au grand public, même si, rien que par son contenu, il n’intéressera que les amateurs du genre mythologique.

 

J’avoue que j’ai été bluffé par la richesse qui se dévoile au fur et à mesure des pages. L’auteure, en très bonne universitaire, nous livre une très belle bibliographie qui me fait dire que je n’aurai pas assez d’une vie pour apprendre tout ce que je veux savoir !

L’ouvrage, d’ailleurs, est assez bien conçu : cartes, quelques illustrations, de très nombreux renvois à l’index et à la biblio.

Un défaut cependant : les annotations à la fin de l’ouvrage !!! Haaaa que ça me rend dingue ! Bref.

 

Un ouvrage que j’ai trouvé vraiment très intéressant et très riche. Cela me donne vraiment envie d’en savoir plus !

Je le recommande vivement à toutes celles et ceux qui aimeraient en savoir plus sur les mythologies russes et slaves.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :