Demain, y a… chantier de fouilles

Cet épisode de « Demain, y a… » va être assez court, car je n’ai pas eu beaucoup de temps à moi pendant le mois écoulé.

Diverses raisons personnelles ont fait que je n’étais pas dans les conditions idéales de travail, la principale étant que je n’étais pas chez moi.

 

La seule chose que j’ai faite, c’est de relire les 26 pages de « ma romance à crocs ». J’avoue en être assez contente. Maintenant, reste à savoir si je viendrais à bout de ce texte, rien n’est moins sûr…

 

Les premières chroniques de Chimères sont arrivées. Vous pouvez les consulter en allant dans l’onglet « Bibliographie » de la barre du menu. Elles sont plutôt positives.

Deux éléments se détachent en particulier (pour moi) : la nouvelle est trop courte et frustre (mais j’avoue que c’était un peu voulu) et la manière d’écrire en mauvais français avec des apostrophes entre les mots n’a pas vraiment convaincu.

Je m’étais beaucoup interrogé sur cet « effet de style ». Je voulais bien donner à Hector un côté campagnard bourru et sans éducation. Je trouvais que le laisser parler « normalement » lui donnait une « certaine éducation » qui ne collait pas avec son milieu social. Mais visiblement, ce choix n’a pas été très concluant.

 

Voilà donc ce qu’il y avait à dire pour ce mois écoulé… Peu de chose…

Je vous rappelle, au passage, que « Monstres à toute vapeur » avec ma nouvelle « La Dame aux hiboux » sera en précommande dès le 1er aout pour une sortie prévue le 15 septembre chez Lune Ecarlate Édition.

Cela vaut pour tous les petits éditeurs, mais les précommandes sont des moments importants donc n’hésitez pas.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :