Paléomanufacture métallique, méthode d’étude

« Paléomanufacteur métallique, méthode d’étude » est un essai de Jean-Paul Guillaumet.

 

Présentation :

La paléomanufacture métallique est l’étude systématique des objets métalliques recueillis lors des fouilles archéologiques. En première partie de cet ouvrage abondamment illustré, l’auteur résume l’histoire de cette spécialité depuis le milieu du XIXe siècle. Dans une deuxième partie, il propose une nouvelle méthode d’étude systématique des objets métalliques issus des fouilles, applicable à toutes les périodes, en s’appuyant surtout sur les objets de l’Antiquité. La troisième partie consiste en des exemples d’application de cette méthode. Ces trois parties sont suivies d’un glossaire et d’un catalogue des pièces usuelles de quincaillerie.

 

 

Avis :

Hé oui, il n’y a que moi pour lire et chroniquer des livres pareils !

 

On ne le dira jamais assez, mais l’archéologie est une science. Et comme toute science, ses techniques et méthodes d’études évoluent, changent, se développent.

Ici nous avons affaire à un classique du genre concernant le mobilier métallique. Quand on pense mobilier métallique, on pense « épée », « hache », etc.… Certes, mais il y a aussi des choses comme des clous ! Eh oui, on étudie les clous ! Et saviez-vous qu’il existe plusieurs types de clous qui n’ont pas tous la même fonction ? Merci l’étude du mobilier métallique !

 

Alors, l’ouvrage est un peu dépassé sur certains points (je l’ai annoté avec des camarades). Mais il a le mérite de revenir sur une méthodologie (adaptable bien sûr) mise en place suite à des fouilles sur un site relativement riche et connu (coucou le Morvan).

 

Alors bien sûr, ce n’est pas une lecture pour tout le monde ! L’ouvrage n’intéressera que les archéologues et plus probablement celles et ceux qui étudient le mobilier métallique. Le grand public n’y trouvera pas son compte, car il n’apprendra pas forcément grand-chose qui pourrait l’enrichir. C’est un livre de méthodologie, pas une compilation de connaissances liées à des années de recherches liées à un site ou une période.

 

Moi j’ai apprécié ma lecture (tout en gardant un œil critique, puisque je sais l’ouvrage dépassé sur certains points) et c’est là que je me suis dit « oups, j’aurai du  lire ça plutôt ». Ayant travaillé sur du mobilier métallique, c’est un peu la honte.

 

Clairement un livre pour un public très particulier.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :