La mort du temps

« La mort du temps » est un roman d’Aurélie Wellenstein.

 

Synopsis :

Un éclair aveuglant, suivi d’une terrible onde de choc…En l’espace de quelques minutes, un séisme temporel ravage la Terre, et la vie de Callista bascule. Le monde qu’elle connaissait n’est plus. Les différentes époques se sont mélangées, les corps des survivants ont fusionné les uns avec les autres ou avec leur environnement. Indemne, Callista avance au hasard, à la recherche d’un refuge dans ce chaos. Talonnée par le « Flash », réplique mortelle du tremblement de terre, elle rencontre d’étranges créatures, amies ou ennemies, issues de siècles différents. Pour la jeune fille, une lutte terrifiante s’engage au rythme des pulsations du Flash. Si elle s’arrête ou ralentit, elle sera anéantie…

 

 

Avis :

Un roman pas pour moi.

 

J’aime les romans d’Aurélie Wellenstein (même quand il y a des patates). C’est donc naturellement que je me suis dirigée vers ce roman, tout en sachant que je risquais de ne pas être dans mes habitudes de lecture. Et cela n’a pas manqué.

 

Le livre est un récit « post-apo ». Je mets entre guillemets, car l’histoire commence justement où la catastrophe arrive. Nous allons suivre Callista qui parvient à survivre au drame. Mais rien n’est gagné ! Le « flash » la poursuit et elle risque la mort si elle s’arrête. Son monde a basculé et les époques se sont mélangées. Le temps est mort. Pourtant, Callista ne souhaite qu’une chose : gagner les Vosges pour retrouver sa meilleure amie.

 

L’autrice nous livre un récit road-trip de survie avec une flopée de personnages très travaillés, attachants, dans un univers devenu fou. Des êtres ont fusionné avec des meubles ou des animaux, des pans de villes ont disparu quand ce ne sont pas des morceaux de ces villes issus d’un autre temps qui ont pris leur place.

Comme pour les autres récits, on s’attache à ces personnages, sensibles, avec leurs failles et leurs faiblesses. Et malgré les épreuves, ils avancent. Et dans tous les sens du terme.

 

Cependant, si l’histoire et les rebondissements en font un bon roman, ce n’est pas vraiment mon genre. Ma lecture ne m’a donc pas plus emballé que ça. D’autant plus que mon état d’esprit actuel ne me permet pas forcément d’apprécier des récits avec des enjeux aussi tristes !

 

Bref, ce n’est pas un mauvais roman, mais il n’était pas pour moi. Pour les amateur·trices du genre, je vous invite à le découvrir !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :