Des armes dans les eaux

« Des armes dans les eaux, Question d’interprétation en archéologie » est un essai d’archéologie et de méthodologie dirigé par Alain Testart.

 

Présentation :

Chez les peuples de l’âge du Fer, c’est une tradition de sacrifier ses armes aux divinités aquatiques. La preuve, on retrouve plein d’armes dans les lacs, les rivières et les marais. Dans la légende arthurienne, Excalibur retourne dans la main de la fée du Lac. Mais cette belle construction intellectuelle, enseignée dans nos écoles, a-t-elle jamais eu un fond de vérité ?

Deux années de suite, à Bibracte, des archéologues et un ethnologue ont confronté leurs points de vue. Et ce sont tout autant d’opinions qui se partagent l’interprétation de ces dépôts mystérieux : s’agit-il d’offrandes volontaires aux divinités des eaux ? Des pertes occasionnelles ou de naufrages ? De reste de batailles ?

Cet ouvrage est le premier consacré à l’examen systématique de toutes les hypothèses susceptibles d’expliquer ces phénomènes récurrents dans l’histoire, depuis de le Néolithique jusqu’à nos jours. Et à procéder à une discussion raisonnée des différents arguments qu l’on peut avancer pour ou contre ces hypothèses.

Vous découvrirez, à la lecture de ces textes passionnants, que l’évidence n’en est pas toujours une et qu’il faut se méfier et ce de que l’on trouve et de ce que l’on croit soi-même savoir.

 

 

Avis :

Un ouvrage très intéressant pour les amateur·trices éclairé·es.

 

Si vous voulez savoir pourquoi les épées sont dans les eaux, j’ai presque envie de dire : passez votre chemin. En effet, cet ouvrage n’est pas là pour apporter une réponse à cette question, mais pour aborder la méthodologie concernant l’interprétation de ce type de découverte.

 

L’ouvrage propose toutes une série d’articles sur le sujet qui est, mon foie (oui, j’ai dis mon foie), fort riche et s’étendant sur une chronologie très large. D’autant plus que le titre est un peu trompeur. On ne trouve pas que des épées dans les eaux. Mais une épée c’est plus classe qu’une épingle ou un fragment de céramique.

 

Alors, je ne vais pas m’étendre sur le contenu qui est d’un niveau assez haut (mais ô combien intéressant) et qui serait difficilement résumable en quelques mots. Même si certains articles sont plus accessibles que d’autres, tous apportent une pierre à l’édifice.

J’ai aussi beaucoup aimé le fait que les auteurs passent en revue toutes les hypothèses puis en débattent avec arguments et contre-arguments.

 

Un ouvrage que j’ai trouvé très intéressant dans sa démarche, mais aussi sur le fond, car il permet de rassembler beaucoup d’information sur le sujet des « armes dans les eaux », mais aussi un bel essai de méthodologie sur un thème complexe.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :