Pourquoi Jar Jar Binks aurait-il pu être un bon personnage

Avant toute chose, mettons les choses au point. Cet article n’a pas vocation à vous faire changer d’avis sur Jar Jar Binks, dans SW épisode I, si vous ne l’aimez pas. Cet article n’est pas non plus là pour vous expliquer que vous n’avez rien compris à la prélogie et pourquoi il faut l’aimer.

 

 

Alors pourquoi ce titre ?

 

Déjà, notez que j’ai écrit : aurait pu. Et non pas « est » ou « aurait dû ». J’utilise le conditionnel, car je pense que ce maladroit personnage, ce dingo mal aimé de la prélogie, aurait pu – du – avoir un rôle plus important dans les films de Lucas. La pression des fans enragés a fait qu’il a évincé ce « comique » de service, pour ne lui laisser qu’un rôle infime dans l’épisode II et inexistant dans l’épisode III.

J’avoue, je n’ai aucune idée de ce que comptait en faire Lucas. Peut-être que Jar Jar n’aurait été utilisé que pour les gags, sans rien apporter de plus. Je me contente de spéculer.

 

La prélogie est très « politique ». Alors, oui, je sais que certains disent que c’est de la politique d’opérette, de la politique de bas niveau, de la politique de divertissement. Soit. Peut-être. Je suis archéologue et l’archéologie d’Indiana Jones est ridicule, même si on replace dans le contexte des années 30/40/50 des films. Pour autant, les quatre films restent sympa (oui, j’ai dit 4 !).

Mais quoi qu’il en soit, Lucas a voulu montrer la mise en place d’un état totalitaire en même temps que la déchéance d’un homme. Peut-être qu’il l’a mal fait, mais comme le dit Morgan Freeman dans Robin des bois princes de voleurs, la perfection n’est jamais dans les actes, mais dans leurs intentions.

 

Revenons donc à notre gungan. Pourquoi aurait-il pu être un bon personnage ?

Est-ce parce qu’il aurait arrêté de faire des gaffes ? Peut-être ! Après tout, entre les dix ans de l’épisode I et II, Jar Jar aurait pu devenir plus habile. Mais la réponse n’est pas forcément là.

Elle vient de son monde originel : Naboo. Mais là où Padmé est une humaine dans une société pacifiste, Jar jar vient d’une société guerrière. Ce dernier le dit lui-même à la reine lors de leur fuite sur Coruscant : noussa grands guerriers, noussa grande armée. On voit bien l’importance de cet aspect dans la société gungan lors que Boss Nass nomme Jar Jar Binks général. Notre gaffeur s’évanouit ! Moi, on me nomme général, je ne vais pas tomber dans les pommes, car dans notre société, le militaire n’a pas la même importance.

 

Et c’est cet aspect militaire qui nous intéresse chez Jar Jar. Bien sûr, le gungan n’est pas un « grand » guerrier, l’épisode I nous le prouve (même sa maladresse fait pas mal de dégâts et que le salut de l’armée autochtone ne vient que de la réussite d’Anakin dans l’espace).

 

 

Dans le début de l’épisode II, on le découvre comme conseiller/accompagnant/délégué de la sénatrice Amidala. Jusque là, pourquoi pas casser trois pattes à un connard (je rappelle que l’on peut changer en bien [ou en mal] en dix ans. Coucou Anakin).

Le film se déroule. Et là, sournoiserie de Palpatine et de son conseiller Mas Amedda. Situation de crise, il faut voter pour la création d’une armée de la République. Et en plus, ça tombe bien, Obi-Wan en a découvert une, de clones, prêts à être utilisée. Lucas nous propose alors un plan sur un Jar Jar hésitant. En effet, Mas Amedda laisse entendre que Padmé aurait lancé cette proposition. Et c’est à ce moment-là que ça dérape. Jar Jar va soumettre la proposition au Sénat et elle sera acceptée. Jusque là, je ne vous apprends rien.

Et bien c’est cet aspect de Jar Jar qui aurait pu le rendre plus intéressant !

 

 

On a dit que Jar Jar vient d’un monde où le militaire est valorisé. Ce n’est pas le cas de Padmé qui, elle, sort d’une société pacifiste. Or, le gungan, à ce moment de l’histoire, doit représenter la sénatrice, qui s’oriente vers la paix. À cet instant, Jar Jar aurait pu créer un terrible point narratif : un conflit d’intérêts. La création d’une armée aurait pu être pour lui la meilleure solution de fait de sa propre société. Mais comme il doit parler au nom de la sénatrice Amidala, il ne peut pas laisser ses propres jugements de valeur s’exprimer : Padmé n’aurait pas approuvé la création d’une armée. La politique, ce n’est pas simple !

Le problème, c’est que Jar Jar a été évincé des intrigues et des récits principaux de SW à cause de rageux. Toute la subtilité du personnage est alors effacée ! Et je trouve cela bien dommage, car cela aurait pu apporter beaucoup de profondeur non seulement à Jar Jar, mais aussi à la dimension politique de l’épisode II.

 

Jar Jar Binks aurait pu être une pierre angulaire de la prélogie en apportant de la complexité au sein des « gentils » ? Peut-être ! Nous ne le saurons jamais, à moins que Lucas ne lance des affirmations à ce sujet.

Quoi qu’il en soit, je tenais à parler du développement (peut-être rater) de ce personnage qui sous ses airs de comiques aurait pu être plus intéressant, aussi bien pour lui-même que pour la prélogie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :