Solo : A Star Wars Story

« Solo : A Star Wars Story » est un film de Ron Howard, avec Alden Ehrenreich, Donald Glover, Emilia Clarke, Woody Harelson, entre autre.

 

Synopsis :

Embarquez à bord du Faucon Millenium et partez à l’aventure en compagnie du plus célèbre vaurien de la galaxie. Au cours de périlleuses aventures dans les bas-fonds d’un monde criminel, Han Solo va faire la connaissance de son imposant futur copilote Chewbacca et croiser la route du charmant escroc Lando Calrissian… Ce voyage initiatique révèlera la personnalité d’un des héros les plus marquants de la saga Star Wars.

 

 

Avis :

Un film sympa qui fait son job, mais sans plus.

 

Posons les choses au clair. J’aime Han Solo parce qu’il partage ma vie depuis près de 25 ans. Mais les choses s’arrêtent là. Je lui ai toujours préféré Luke et j’ai toujours eu du mal à comprendre comment on passait du pilote voyou de l’épisode IV à celui de leader charismatique plus important que Luke ! dans l’épisode V. bref…

 

Je n’attendais donc pas grand-chose de ce film (surtout que j’aurai préféré un film sur Lando), d’autant plus qu’une production chaotique a gangréné sa création. De plus, une bonne âme bien intentionnée (et je ne déconne pas, merci à elle de m’avoir prévenu sinon je serais devenu folle au cinéma) m’a spoilé la fin ce qui m’a mis très en colère, car c’est un élément que je n’espérais JAMAIS revoir dans SW. Bref ! Merci !

Plus une ne place à presque 10 €, autant dire que je ne partais pas sous les meilleurs auspices pour voir ce film. La seule chose dont j’étais sûr, c’est mon respect pour Ehrenreich, car reprendre le rôle de Solo n’avait rien de simple, surtout pour ce jeune acteur !

 

Au final, malgré des points critiquables et quelques déceptions, je trouve que le film fonctionne assez bien. Bon ok, le scénario n’est pas révolutionnaire et ne casse pas trois pattes à une demi-portion (en même temps, c’est un film grand public et avec Han Solo, on allait ne pas avoir un film d’une profondeur philosophique digne du cinéma d’art et d’essai).

Mais malgré cela, cette réalisation nous propose de découvrir tous les petits détails qui feront du vaurien de Corellia un contrebandier : les dés, le Faucon, Lando, Chewie… Et même une petite explication sur le langage particulier du Faucon !

 

L’un des atouts du film est ses personnages secondaires. Bien sûr Lando pète l’écran et nous offre une réplique culte légèrement modifiée, mais ô combien poilante. Mais mon affection va vers L3 qui est le droïde le plus déluré et le plus attachant de toute la saga (Pardon K2), et également à Enfys Nest ! Ce « pirate » envoie juste du super pâté et j’espère qu’on aura l’occasion de la revoir dans d’autres productions (film ou bien roman).

Par contre, j’avoue une certaine déception pour le personnage de Qi’Ra. En effet, je trouve qu’elle tient un peu trop une place passive et de « princesse en détresse » alors que cela ne devrait pas être le cas. Je trouve que le personnage manque d’ambition dans son déroulement et que son passé n’est pas mis en avant, ce qui aurait pu lui donner plus de profondeur : groso merdo, on a l’impression qu’elle est arrivée à sa place en couchant. Ce qui est pénible, car on voit bien qu’elle a des compétences (elle maitrise les arts de combat Teras Kasi) et du charisme. En fait, j’ai juste l’impression que le personnage joué par Clarke a été « épuré » pour ne pas prendre le dessus sur Solo (personnage en cours de formation si l’on peut dire).

 

Sinon, j’ai trouvé le rythme du film un peu trop soutenu avec des temps de pause pas assez reposants. Il faut dire qu’il fallait mettre en scène beaucoup de choses.

La musique est très sympa et surtout le thème lié à Enfys Nest, qui tranche vraiment avec ce que l’on peut entendre dans SW généralement.

Le film est aussi ponctué de petites références plus ou moins sympathiques qui permettent de bien ancrer cette histoire dans sa galaxie.

 

MAIS…

 

(Attention, ça va spoiler et je suis déjà bien sympa de le dire)

 

Si le film reste regardable, j’avoue que je n’ai PAS DU TOUT apprécié l’apparition de Maul à la fin du film. Déjà, je déteste ce personnage et sa présence, je l’ai pris comme un affront personnel (ne chercher pas à comprendre, vous ne le pouvez pas).

Ensuite, je trouve sa mise en scène assez grossière, car elle fait vraiment fan service ! Laissez le personnage plus dans l’ombre m’aurait apparu bien plus pertinent que c’est affichage de sale gueule de merde ! Et je ne parle même pas du tirage de sabre laser qui est juste ridicule !

Quit à foutre la demi-portion dans ce film, cela aura pu se faire de manière plus subtile et plus élégante que ce dégeulage de fan service !

Et franchement, ça, ça me nique une bonne partie de mon appréciation du film. Déjà que le voir me rend malade, mais en plus c’est tellement mal fait ! Même pour introduire une possible suite, il y avait mieux à faire !

 

 

Sinon, Solo reste un film qui fait son taf et que j’ai regardé avec sympathie si ce n’est ces quelques secondes à la fin. Mais ce n’est pas le film du siècle ou celui qui marquera la franchise (hormis peut-être pour ses problèmes de productions).

À voir comme un film du dimanche soir pour se détendre et ne pas se prendre la tête.

2 Comments on “Solo : A Star Wars Story

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :