Journal d’une princesse

« Journal d’une princesse » est un livre auto-biographique de Carrie Fisher.

 

Présentation :

Peu de temps avant sa disparition, Carrie Fisher a retrouvé ses journaux intimes rédigés pendant le tournage du premier Star Wars. À sa grande surprise, elle y a relu des poèmes d’amour mélancolique et des réflexions empreintes d’une naïveté juvénile et d’une incroyable vulnérabilité. Auteur reconnue, actrice star et icône de la pop culture, elle n’était, en 1976, qu’une adolescente passionnément éprise de son partenaire à l’écran. Dans ce Journal d’une princesse, elle publie pour la toute première fois des extraits de ces carnets secrets, révélant ainsi ce qu’il s’est vraiment passé sur le plateau (et dans les coulisses) d’un des films les plus célèbres de tous les temps. Alors qu’elle venait de reprendre son rôle mythique pour une nouvelle trilogie Star Wars, elle s’interrogeait sur les joies et les travers de la célébrité, ainsi que sur sont étrange destinée d’enfant de stars devenue encore plus connue que ses parents. Carrie Fisher lève le voile, dans cette autobiographie débordante d’humour, sur la vie de celle devenue à jamais la princesse de toutes les galaxies.

 

 

Avis :

Un livre que j’ai aimé même s’il me laisse un sentiment mitigé.

 

Avec la disparition de Carrie Fisher, j’avoue que j’ai eu envie d’en savoir plus sur l’une des héroïnes de mon enfance… enfin, je dirais plutôt de celle qui incarnait. En effet, cet ouvrage se compose de deux parties : une où Carrie revient sur sa carrière et certaines « obligations » (comme les conventions) ; l’autre sur ses notes de journal intime lors du tournage du tout premier Star Wars.

 

Pour cette seconde partie, j’avoue que j’ai été très surprise par la maturité de Carrie lors de ce tournage. Part forcément comme actrice, mais comme personne. Elle avait 19 ans. La vache ! Moi à 19 ans, je pensais encore comme une gamine de 15 ans. Mais il ne fait dire que bien que SW n’a pas encore connu le succès, la jeune Carrie n’est déjà pas une personne tranquille, à cause de son histoire familiale.

Le livre a beaucoup fait parler à cause des révélations sur la relation entre Carrie Fisher et Harrison Ford. Alors dans les notes de journal, c’est touchant de voir comment cette jeune femme conçoit cette histoire avec un homme marié (à l’époque, il divorcera quelques années plus tard). Comment presque elle en souffre ?

 

Ensuite, il y a l’autre partie plus intéressante, mais j’avoue que les passages où Carrie ressasse son histoire avec Harrison Ford m’ont vite gavé. Déjà, parce que je ne suis pas trop du genre à vouloir connaitre la vie sentimentale et personnelle de mes stars préférées. Ensuite, je trouve que l’ensemble prend beaucoup trop de place, au détriment d’anecdotes plus drôles (ou triste).

 

J’adore la manière dont Carrie écrit. Certes, c’est très oral, pas trop littéraire, mais toujours avec beaucoup d’humour.

 

Voilà donc pour ce livre sur notre regrettée Carrie. Bien que « Carrison » prenne trop de place et que cela m’a vite lassé, le reste du livre permet de découvrir une femme vraiment incroyable, à mille lieues de son personnage qui l’a rendu si iconique.

Alors que l’épisode VIII vient de sortir, je me rends compte que la « vieille Leïa » est beaucoup plus proche de son actrice que ne l’a été sa version jeune.

Un livre destiné aux fans de notre princesse Carrie cependant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :