Légendes d’Angleterre

« Légendes d’Angleterre » est un receuil de nouvelles, adapté par L. Veil.

 

Synopsis :

Ce sont là deux vieilles légendes anglo-saxonnes qui sont racontées : Childe Horn et Beowulf.

Childe Horn, tout jeune prince d’un royaume d’Angleterre, doit quitter le royaume de son père, attaqué par une puissante flotte de pillards du Nord. Embarqué en hâte, avec des compagnons choisis, à bord d’une frêle embarcation, il parvient jusqu’au royaume du roi Aylmer. Celui-ci prend Childe Horn et ses compagnons sous sa protection. La belle Riminild, fille unique du roi, ne tarde pas à s’éprendre du jeune prince. Mais le traître Figold, jaloux, sème le doute dans le cœur du roi, qui chasse Horn ; celui-ci devra faire preuve de tout le courage et la bravoure d’un parfait chevalier pour reprendre son trône et conquérir sa belle.

Beowulf, jeune guerrier assoiffé de gloire et d’aventure, vient de son pays lointain délivrer le royaume du roi Hrothgar d’un terrifle fléau : le géant Grendel, qui dévaste la contrée. Le jeune chevalier devra affronter le monstre, puis la mère de celui-ci, avant de regagner sa patrie où l’attendent de nouveaux défis.

Les aventures de Childe Horn et de la belle Riminild font partie du fond légendaire anglo-normand qui donna tant de matière au roman de chevalerie et à la littérature courtoise, dès le XIIe siècle.

Beowulf est un long poème épique, sans doute le plus ancien témoignage des  traditions anglo-saxonnes puisque, si le seul manuscrit qui demeure est du Xe siècle, la tradition scandinave dont il est le témoignage remonterait au VIIIe siècle.

 

 

Avis :

Deux nouvelles sympathiques.

 

Ce tout petit livre (fascicule même) comporte deux légendes qui bercent le monde anglo-saxon et surtout nos chers (détestés) amis anglais.

 

J’avoue que je ne connaissais pas du tout l’histoire de Child Horn. C’est donc avec plaisir que j’ai augmenté ma culture G. L’histoire est assez classique dans son déroulement et offre certains parallèles avec de nombreux épisodes d’autres épopées et récits arthuriens. Néanmoins, l’ensemble reste sympathique à lire.

 

Le second texte concerne le très connu Beowulf. Rien de nouveau sous le soleil de cette légende. Je me suis d’ailleurs rendu compte que je n’avais jamais lu de récit narrant les exploits du héros. J’ai vu des films, j’ai lu des analyses de certains passages, mais je n’avais jamais lu de récit. Chose faite.

 

Les deux nouvelles sont illustrées. J’avoue que les illustrations sont superbes. J’aime ce type de dessin. Sans oublier toutes les ornementations qui encadrent les numéros de pages, entre autres.

 

Un petit fascicule bien sympa et très beau. J’ai passé un bon moment de lecture rapide.

À découvrir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :