Starships Troopers

« Starships Troopers » est un film de SF de Paul Verhoeven, avec Casper Van Dien, Dina Meyer, Denise Richards.

 

Synopsis :

Au XXIVe siècle, une fédération musclée fait régner sur la Terre l’ordre et la vertu, exhortant sans relâche la jeunesse à la lutte, au devoir, à l’abnégation et au sacrifice de soi. Mais aux confins de la galaxie, une armée d’arachnides se dresse contre l’espèce humaine et ces insectes géants rasent en quelques secondes la ville de Buenos-Aires. Cinq jeunes gens, cinq volontaires à peine sortis du lycée, pleins d’ardeurs et de courage, partent en mission dans l’espace pour combattre les envahisseurs. Ils sont loin de se douter de ce qui les attend.

 

 

Avis :

Un film que je trouve chiant.

 

J’avais vu ce film pour la première fois dans la jeunesse et j’avais trouvé le film chiant. Des gens qui se font déchiqueter par des Arachnides de manière bien dégueu, franchement, ce n’était pas dans mes gouts.

 

Je l’ai revu il y a quelques semaines dans le cadre de la nuit du fantastique avec le festival Court Métrage.

Et bien c’est toujours chiant.

 

Ceci dit, ce film possède de nombreuses qualités. En effet, on peut s’étonner que dans un film de 1998, la représentativité des femmes soit aussi importante. Surtout aujourd’hui où ce type d’égalité semble ardu à mettre en place. Sans parler des rôles principaux qui sont assez incroyables de ce côté-là – Carmen qui veut être pilote de vaisseau et qui préfère cette carrière à son petit copain ; et Dizz qui est une grosse batonneuse (même si son envie de sauter Rico me sort par la tête) —, les femmes sont présentes à divers postes militaires. Bref, ce film est féministe ! Pour un film militaire et de démembrage, c’est plus que louable.

Ensuite, le film aborde nombre de sujets intéressants, mais que je n’ai pas envie de traiter plus en fond parce que comme l’ensemble est chiant, je ne suis pas allée chercher plus loin. Mais que penser d’une guerre où, au final, les vétérans sont de jeunes adultes de moins de 25 ans ; et les nouvelles recrues ressemblent à des gamins ?

Il y a aussi des réflexions sur la guerre, l’utilité de la guerre, le rôle de la piétaille dans les guerres – qui se font massacrer pendant que d’autres « pensent » la guerre. Bref.

 

Les effets spéciaux sont corrects pour l’époque. J’admire le service des FX qui ont dû passer des heures et des heures à créer des bras, des jambes, des troncs, des têtes coupées ; des corps transpercés ou découpés.

 

J’ai aussi trouvé qu’il y avait des petits points de scénarios limites. Vers la fin du film, Carmen se fait transpercer par une Arachnide. Elle s’en sort rudement bien vu que la patte aurait du transpercé son cœur… et que certaines piétailles sont mortes pour moins que ça. Mais bon, il faut bien que le petit couple soit ensemble à la fin non ?

 

Personnellement, si je peux reconnaitre des qualités à ce film, je m’ennuie pendant le visionnage. Je ne suis pas amatrice de film où ça se découpe dans tous les sens.

Après, ce film est un classique de la SF et je pense qu’il mérite d’être vu au moins pour se faire son propre avis.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :