Le Bâtard de Kosigan, T.01

« Le bâtard de Kosigan : L’ombre du pouvoir » est un roman de Fabien Cerutti.

 

Synopsis :

Le chevalier assassin, Pierre Cordwain de Kosigan, dirige une compagnie de mercenaires d’élite triés sur le volet. Surnommé le « Bâtard », exilé d’une puissante lignée bourguignonne et pourchassé par les siens, il met ses hommes, ses pouvoirs et son art de la manipulation au service des plus grandes maisons d’Europe.
En ce mois de novembre 1339, sa présence en Champagne, dernier fief des princesses elfiques d’Aëlenwil, en inquiète plus d’un. De tournois officiels en actions diplomatiques, de la boue des bas fonds jusqu’au lit des princesses, chacun de ses actes semble servir un but précis.
À l’évidence, un plan de grande envergure se dissimule derrière ces manigances. Mais bien malin qui pourra déterminer lequel…

 

Couverture du roman

 

Avis :

Un excellent roman historico-fantastique que j’ai dévoré en trois jours.

 

J’ai adoré ce livre même si je pensais qu’il s’y passerait plus de choses vu le gros pavé que c’est ! Mais malgré cette (pseudo) déception, je pense que la vitesse de lecturisation du Bâtard de Kosigan parle pour lui.

 

Le livre se compose de deux parties : une avec ledit Bâtard durant le Moyen-âge (très fantastique) et une autre à la fin du XIXe siècle avec le descendant probable du Bâtard, Michaël Konnigan.

Pour ce qui est de l’intrigue médiévale (ou peut-être même des intrigues…) je préfère ne pas en dire grand-chose pour vous laisser le plaisir de découvrir les méandres de ce roman. Dès le début, je me suis posé des questions, car qui dit mercenaires dit récompenses qui dit employeur douteux… Tout le long du livre, on se demande qui joue avec qui et pourquoi. Et j’avoue qu’à la fin, même si je n’avais rien vu venir, je me suis dit : je le savais ! Rien n’est net ! Et c’est juste fun !

L’ensemble est très bien rythmé, on ne s’ennuie jamais. À plusieurs reprises, j’ai vrai cru me retrouver dans les aventures que j’aurai aimé vivre étant petite : les passages secrets, les missions secrètes, les combats, les tournois… Un vrai régal !

Pour ce qui est de la seconde histoire, plus moderne, c’est l’interrogation qui m’a guidé. Quel est le lien entre ces deux récits (hormis le fait que les personnages soient deux Kosigan) ? Rédigé sous forme épistolaire, on suit le personnage avec plaisir tout en se posant des hordes de questions…

Et puis la fin ! Ah p***** de m**** ! Que je hais les fins comme ça !

Heureusement, le tome 2 vient de sortir !!!

 

Le livre présente une foule de personnages puissants et bien construits. Ils ont tous des personnalités, même le simple garde qui va se faire massacré dans la minute.

Le héros, comme beaucoup d’autres, n’est pas dans un manichéisme primaire. C’est un mercenaire qui sert ses intérêts. Pas de bons sentiments. L’auteur est parvenu à ne pas tomber dans « le bon fond » que l’on retrouve parfois chez ce type de personnage. J’adore Kosigan autant que je le déteste !

Ceci dit, j’ai trouvé que l’ensemble manquait un peu de personnages féminins. Elles sont certes bien (oh, que j’ai tripé avec la grosse Gloucester et sa suivante, deux horribles furies), mais elles restent un peu « en retrait » par rapport au déroulement de l’histoire.

J’ai apprécié la présence d’une chevalière lors du tournoi. Car oui, les chevalières, ou chevaleresses, ça existe !

 

Rien qu’avec le dernier point énoncé juste au-dessus, on peut dire que l’auteur maitrise son sujet, à savoir le Moyen-âge ! Voilà quelqu’un qui a fait beaucoup de recherches et qui a su parfaitement les rendre. L’ensemble est très immersif.

J’avoue que j’ai beaucoup aimé pour ça. C’est vraiment appréciable de voir quelqu’un qui propose un Moyen-âge cohérent avec l’Histoire et non pas celui des films hollywoodiens (j’adore les vieux films de ce type, mais la vision du Moyen-âge est très erronée !)

 

L’univers de ce roman est superbe ! L’auteur a su ingénieusement mélanger histoire réelle et fantastique avec des royaumes elfes ainsi que toute une ribambelle d’autres races. Certains étant même très sympathiques comme Dun  (un personnage féminin).

De plus, le second récit (celui au XIXe) nous fait se poser plein de questions !

J’ai hâte de retourner évoluer dans cet univers que j’aime vraiment, d’autant plus que les aventures du Bâtard se déroulent durant une période historique que je ne connais presque pas. Même s’il y a du fantastique, je sais que beaucoup de choses sont vraies.

 

Ce qui rend le livre très prenant, c’est aussi la plume de l’auteur. À la vive et pleine d’humour, il parvint à donner de la force à chaque ligne ! Comme je le disais plus haut : chaque personnage, même le simple figurant, se retrouve avec une personnalité. Lors des énumérations de noms, on sent chaque personne prendre vit : ce ne sont pas que des noms sur un listing.

 

Un très bon point pour les annexes en fin d’ouvrage sur les valeurs monétaires de l’époque et leur équivalent aujourd’hui, ainsi que sur les unités de mesure des distances.

 

J’ai adoré ce livre. Les intrigues sont tout ce que j’aime (malgré cette fin HAAAAAAAA), les personnages sont puissants et bien construits (bien que les personnages féminins soient un peu trop en retrait), l’univers mêle merveilleusement bien Histoire et Fantasy dans un ensemble tellement homogène qu’on pourrait vraiment croire que les êtres de légendes ont fait partie de notre propre histoire.

J’avoue que j’ai hâte de m’attaquer au second tome !

Je vous invite donc à découvrir le premier tome des aventures de Kosigan si vous aimez l’Histoire et la Fantasy !

 

Et au passage, cadeau bonus, l’auteur est vraiment sympa !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :