Vampire, vous avez dit Vampire ?

Avec le phénomène Twilight qui s’abat sur le monde, je m’interroge sur la nouvelle vision du vampire qui est en train de se mettre en place. Bon, je le dis tout de suite, je n’ai pas lu les livres, alors si correction il doit y avoir sur mes propos, correction il y aura.
Si mes rensaignement (pardon….) sont bons, la série de 4 livres raconte la romance entre une adolescente et un vampire au physique de jeune premier. Bon rien de bien méchant, mais le succès de ce livre me fait m’interroger. Pourquoi le public, généralement jeune et, très important, féminin, est si absorbé par ce récit. L’histoire aurait-elle été la même si Ed Cullen avait été un loup-garou ? Un mort-vivant ? Un elfe ? Ou X être surnaturel dangereux ?

Bon, ouai, le vampire peut être un être au charisme incroyable, à l’image de Bela Lugosi, sensuel, comme Christopher Lee, ou tout simplement sexy au possible façon Gary Oldman. Mais, avec le phénomène Twilight, j’ai l’impression que le « nouveau » vampire est presque un adolescent comme les autres, avec les soucis que lui incombe sa nature.
Mais pourquoi les vampires ne seraient-ils pas des vieux ? Oui, vous me direz que généralement, les vampires sont très âgés, mais moi, je parle du physique ! À quand un vampire âgé de 5OO ans avec des rides lui creusant le visage, des cheveux blancs et dont le seul charme serait son érudition et son savoir ? Car après tout, la vie éternelle ne permet-elle pas d’avoir accès à un savoir illimité ?

Mais n’oublions pas que les vampires, ce n’est pas seulement des beaux « mâles » aux charmes divins. Non, ils peuvent être repoussants, comme ceux de Murnau ou de Herzog ! Et peuvent aussi être proche de l’animal, tuant à sa guise pour assouvir sa faim !

Pour rester avec les vampires aux charmes divins, pourquoi le sont-ils ? Volontés des auteurs/réalisateurs pour faire craquer le public féminin ? Non, si on reprend le Ed Cullen, pourquoi est-il aussi énigmatique ? Si attirant ? Pour que les œstrogènes des demoiselles les rendent folles ? Non, pour moi, quand le vampire est attirant (et souvent au sens sexuel, désolé les enfants), c’est n’est rien de plus qu’une « technique » de prédation. Ne l’oublions pas, le vampire n’est pas un humain, il ne pense pas pareil, même s’il a été humain un jour. Il n’obéit plus aux mêmes règles ! Il a besoin de sang pour se nourrir (dans les versions les plus courantes, je ne reviendrais pas, sauf si demandé, sur les différentes formes/visions des vampires). Et pour se nourrir, il faut des proies. Boire le sang d’animaux est facile quand ils sont domestiqués et de taille réduite. Mais comment faire si l’on veut se nourrir d’une biche ? d’un sanglier ? On chasse. Et comment chasse-t-on un humain ? C’est vrai, il y a la méthode « violente » : on l’attend au détour d’un chemin et on lui fond dessus. On prend le risque de signaler sa présence à cause des hurlements de sa victime, qui se sauve après s’être débattue, ou même de louper son coup. La chose ne serait-elle pas plus simple si la proie venait d’elle même ? Là entre en jeux le physique attrayant. Le vampire devient une sorte… de paon qui attire sa proie. Il met en place un rituel, une danse qui fait que la proie finit par s’offrir à lui. En confiance et sans défense, complètement sous le charme, le vampire n’a plus qu’à se servir. C’est vrai, c’est plus long, mais si le vampire choisit bien sa proie, cela peut-être aussi rapide qu’une chasse.

Mais si le vampire plait aussi aux jeunes filles, c’est aussi que les vampires qu’on leur propose sont mal dans leur peau, en conflit. Doivent-ils vivres comme des animaux, aux bords de la société, ou alors affirmer leur humanité, chose qu’ils ont perdue ? Ah, un homme force, fascinant et puissant empli de doute…. Un peu comme les jeunes femmes : cessez d’être une enfant et devenir une femme, objet de désir….7

Et les vampires femelles dans cette histoire ? C’est vrai ça ! On parle beaucoup de ces beaux « mâles », mais qu’en est-il des femelles ? Sont-elles toutes d’un physique vénéneux ? Des bêtes de sexe ?
Étrangement, on parle peu des vies des femelles vampires. Comment interpréter le personnage de Carmilla, qui par son charme, séduit la jeune et innocente Laura ? La femelle vampire se résume-t-elle au fantasme des hommes ?
Les femmes vampires ne pourraient-elles pas avoir un physique d’un banal à pleurer, d’une sexualité tout à fait normale…. un peu comme Sélène (dans Underworld, même s’il faut reconnaitre qu’elle est très jolie).

J’offre ici de nombreuses pistes de réflexion sur le sujet !
Mais en petite conclusion, on pourrait dire :

  • qu’on voit souvent le vampire comme un homme, voire un adolescent, au physique attractif.
  • Une sorte d’animal qu’il faut abattre.
  • Que les femelles vampires sont souvent représentées comme les fantasmes des hommes.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :